07/03/2005

délires nocturnes

 
Mon amour,
 
parfois je me noie dans un folie amère qui me tient compagnie.
alors je me plonge dans mon imagnaire, un monde où j'efface tout, artificiellement.
 
la vérité, c'est que j'ai mal.
tu sais quand tu es parti d'ici, mon coeur s'est brisé.
je n'oublirai jamais.
je peux vivre avec cette plaie.
 
je t'aime et tu me manques tant. chaque matin à déjeuner seule me coupe l'appétit.
chaque nuit à dormir seule me cause des insomnie.
et mes journées solitaire me donne la rumination comme  compagne amie.
 
la vérité est que je vis mal.
un peu  bancale.
depuis ce jour là.
 
chaque jour je depose ma peine, mes doutes sur l'avenir, ma rage refoulée, dans ces pages -ci.
je suis fort sage et je ne crie jamais... alors j'écris.
 
mon amour, je ne sais ce que nous réserve demain.
nous avons la chance de nous connaitre et d'avoir partagé déjà tant de moments intimes ensembles, côte à côte.
 
je refuse d'être une amie pour toi, une fille qu'on voit de temps en temps....
j'ai envie d'ardeur, de passion, de folie.
et plus cette attente, cette antichambre du bonheur à venir.
 
je veux tout changer.
balayer les haines
revenir les pieds sur terre
cesser les misères.
 
je t'ai ouvert mon coeur, comme on se met à nu
je suis devenue fragile, forte et faible à la fois, dans notre amour dans lequel je me donne encore corps et âme.
 
je ne sais plus où est ma place
je vis mal nos absences
et j'ai peur d'etre ensemble
je suis dans des paradoxes.
 
j'ai peur de moi même
de devenir insensible
de me proteger sous une cuirasse opaque,, infranchissable.
 
j'ai subi cette plaie que tu sois partis d'ici sans me quitter vraiment.
j'ai subi tous les vents sans rompre, mais en me courbant.
 
aujourd'hui je veux me relever
regarder la lumière
affirmer mes désirs
et mes oppositions
 
aujourd'hui je croie que j'existe
j'existe!
 
j'ai été chamboulée par tes choix de vivre là...
quelques mois ont suffit à m'adapter
 
je raconte des bêtises, n'importe quoi.
je voudrais commencer une nouvelle vie
ensemble, toi et moi.
commencer cette vie que nous n'avons jamais entamer en fait.
 
nous n'avons encore rien construit.
serons nous assez forts?
assez intelligents?
assez sages?
assez nobles dans l'âme?
 
je n'ai pas la réponse, mon amour, Sébastien.
 
je n'ai plus de repère
et parfois je marche dans la nuit totale
j'entends juste les battements de mon coeur
qui bat pour toi.
 
Ho mon amour, je pourrais te parler ainsi toute la nuit, dans la tiedeur de ma chambre, chuchoter ainsi une éternité...... sans peut etre que tu m'entendes.
 
je sais que tu m'aimes, et pour cette raison je suis patiente.
une patience d'ange!
 
je vis de monologue.
je suis à l'âge où l'on bâtit
et moi je n'vance pas
je fais des tours et des détours...
 
je vis de chiimère et de rêves
je ne sais vivre d'autre chose.
 
tu me manques
 
chaque jour que tu passes sans moi
m'étouffe
et assèche la fontaine de vie d'amour qui coule hors de moi.
 
fais attention mon amour
attention à moi
attention que je ne deviennes un spectre
une fontaine tarie
 
tarie de trop attendre
tarie de n'avoir aucune certitude
 
bon dieu! nous avons tant de choses à faire
prends moi par la main
construis moi un empire
prends tout de moi
même ce que tu n'aimes pas
 
même ce que tu n'aimes pas.....
 
 

23:50 Écrit par Goutte de Mer | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Très touchant... ce cri...
Bisous

Écrit par : elfarranne | 08/03/2005

jolie M ... tu existes ..ne laisse personne te dire le contraire ... meme lui ...

Écrit par : Chloé | 08/03/2005

Les commentaires sont fermés.